Réflexions sur la musique - Page 3 PDF Imprimer Envoyer
Par Steve Jobs    Facebook MySpace Twitter Google Yahoo! Buzz Yahoo! Bookmarks Delicious Digg BlogMarks Wikio Yoolink Gmiix Netvibes LinkedIn Scoopeo Jamespot TapeMoi Mr. Wong Technorati Windows Live Bluegger Viadeo
Mardi, 06 Février 2007
Page 1 Page 2 Page 3 Page 4
Toutes les pages

Un problème tout aussi sérieux est le temps nécessaire pour résorber de telles fuites. Une solution opérationnelle entraînera probablement l’amélioration du logiciel de la boutique en ligne, du logiciel juke-box et des lecteurs avec de nouveaux secrets. Il faudra ensuite transférer ce logiciel amélioré aux dizaines (voire centaines) de millions de Macs, PCs sous Windows et lecteurs déjà en service. Cela doit être fait rapidement et de manière très coordonnée. Un telle entreprise est difficile lorsqu’une seule compagnie contrôle toute la chaîne. C’est presque impossible si plusieurs compagnies contrôlent des pièces distinctes du puzzle et qu’elles doivent agir rapidement de concert pour colmater une fuite.

Apple en a conclu que si elle licencie FairPlay à d’autres, elle ne peut plus garantir la protection de la musique auprès des quatre grandes maisons de disque. Peut être cette même conclusion a-t-elle contribué à la décision récente de Microsoft de passer d’un modèle “ouvert” de licence de leur DRM à un modèle “fermé” offrant une boutique de musique, un logiciel de juke-box et des lecteurs propriétaires.

La troisième solution consiste à abolir complètement le DRM. Imaginez un monde où les boutiques de musique vendraient de la musiques sans DRM, encodée dans des formats ouverts (licenciables). Dans un tel monde, tout lecteur peut jouer de la musique venant de toute boutique et toute boutique peut vendre de la musique que l’on peut jouer sur tout lecteur. C’est clairement la meilleure alternative pour les utilisateurs et Apple l’adopterait sur le champ. Si les quatre grandes maisons de disque accordaient à Apple des licences sur leur musique sans obligation de protection DRM, nous ne vendrions sur notre boutique iTunes que de la musique sans DRM. Tout iPod est dors et déjà capable de lire cette musique sans DRM.

Pourquoi les quatre grandes maisons de disque laisseraient-elles Apple et d’autres distribuer leur musique sans utiliser de systèmes de DRM pour la protéger ? La réponse la plus simple est la suivante : parce que les DRMs n’ont pas fonctionné, et pourraient bien ne jamais être efficaces pour arrêter le piratage de la musique. Bien que les quatre grandes maisons de disque demandent à ce que toute leur musique vendue en ligne soit protégée avec des DRMs, ces mêmes compagnies continuent de vendre des milliards de CDs par an sans aucune protection. C’est très bien ! Aucun système de DRM n’a jamais été développé pour le CD, donc toute la musique distribuée sur CDs peut être facilement envoyée sur Internet puis (illégalement) téléchargée et jouée sur tout ordinateur ou lecteur.



 

Identification



   
Mot de passe oublié
Identifiant oublié
Créer un compte

Echanger

En ce moment...