Réflexions sur la musique - Page 2 PDF Imprimer Envoyer
Par Steve Jobs    Facebook MySpace Twitter Google Yahoo! Buzz Yahoo! Bookmarks Delicious Digg BlogMarks Wikio Yoolink Gmiix Netvibes LinkedIn Scoopeo Jamespot TapeMoi Mr. Wong Technorati Windows Live Bluegger Viadeo
Mardi, 06 Février 2007
Page 1 Page 2 Page 3 Page 4
Toutes les pages

Le problème, bien sûr, c’est qu’il y a de par le monde beaucoup de gens intelligents (disposant parfois de beaucoup de temps) qui aiment percer à jour de tels secrets et publier une méthode pour que tout un chacun puisse obtenir de la musique gratuite (et volée). Leurs efforts sont souvent couronnés de succès, par conséquent, toutes les entreprises essayant de protéger du contenu en utilisant un DRM doivent souvent le mettre à jour avec des secrets plus difficiles à découvrir. C’est le jeu du chat et de la souris. Le DRM d’Apple est appelé FairPlay. Bien que nous ayons eu quelques failles dans FairPlay, nous les avons colmatées par des mises à jour de la boutiques iTunes, du logiciel iTunes et des logiciels de l’iPod. Jusqu’à présent, nous avons toujours tenu nos engagements de protection de la musique auprès des maisons de disque et donné aux utilisateurs les conditions d’utilisation les plus libérales dans l’industrie en ce qui concerne la musique téléchargée légalement.

Après ce rappel de la situation, explorons les trois alternatives pour le future.

La première est de poursuivre dans cette voie, chaque constructeur proposant ses propres solutions verticales propriétaires pour vendre, jouer et protéger la musique. C’est un marché très compétitif, avec de grandes compagnies réalisant de gros investissements pour développer de nouveaux lecteurs et boutiques en ligne. Apple, Microsoft et Sony sont en compétition avec leurs propres systèmes propriétaires. La musique achetée sur la boutique Zune de Microsoft ne peut être jouée que sur des lecteurs Zune; la musique achetée sur la boutique Connect de Sony ne peut être jouée que sur les lecteurs Sony et la musique achetée sur la boutique iTunes d’Apple ne peut être jouée que sur des iPods. C’est l’état actuel du business dans l’industrie et les utilisateurs sont bien servis avec un flux continuel de nouveaux produits innovants et une grande variété de choix.

Certains ont fait remarquer que lorsqu’un consommateur a acheté de la musique dans une des boutiques propriétaires, il est pour toujours obligé s’utiliser un lecteur de la marque de cette compagnie. Ou bien, s’ils ont acheté un lecteur donné, ils ne peut acheter de la musique que dans la boutique de musique de cette compagnie. Est-ce vrai ? Examinons les données pour les iPods et la boutique iTunes, qui sont les produits les plus populaires de l’industrie et pour lesquels nous disposons de données précises. Jusqu’à fin 2006, les utilisateurs ont acheté au total 90 millions d’iPods et 2 milliards de chansons dans la boutique iTunes. En moyenne, cela fait 22 chansons achetées dans la boutique iTunes pour chaque iPod vendu.

L’iPod actuellement le plus populaire peut contenir 1000 chansons et des études nous apprennent que l’iPod moyen est quasiment rempli. Cela veut dire que seules 22 chansons sur près de 1000, soit moins de 3 % de la musique d’un iPod moyen, a été achetée sur la boutique iTunes et est protégée par DRM. Les 97 % de musique restante ne sont donc pas protégés et peuvent être joués sur tout lecteur capable de jouer les formats ouverts. Il est difficile de croire que 3 % de la musique d’un iPod moyen suffisent à forcer les utilisateurs à n’acheter qu’un iPod dans le future. Et comme 97 % de la musique de l’iPod moyen n’a pas été achetée sur la boutique iTunes, les utilisateurs d’iPod ne sont clairement pas contraints à acheter leur musique sur la boutique iTunes.

Le deuxième option serait qu’Apple licencie sa technologie de DRM FairPlay aux compétiteurs actuels et futurs dans le but de permettre l’interopérabilité entre lecteurs et boutiques de musique. A première vue, cela semble être une bonne idée dans la mesure où cela pourrait offrir plus de choix aux utilisateurs, maintenant et dans le future. De plus, Apple pourrait en profiter en facturant une petite redevance pour la licence de son DRM FairPlay. Cependant, en y regardant de plus près, des problèmes se font jour. Le problème le plus sérieux est que pour licencier un DRM, il faut révéler ses secrets à de nombreuses personnes dans nombre de compagnies et l’histoire nous a appris que les fuites sont inévitables. Internet a rendu ces fuites bien plus dangereuses puisqu’une unique fuite peut se répandre à travers le monde en moins d’une minute. De telles fuites peuvent rapidement donner lieu à des logiciels, téléchargeables gratuitement sur Internet, permettant de désactiver la protection DRM et ainsi lire des chansons protégées sur des appareils non autorisés.



 

Identification



   
Mot de passe oublié
Identifiant oublié
Créer un compte

Echanger

En ce moment...